11 tagged articles Texte

Le mal, le bien 03/01/2016

Pourquoi les démons devraient-ils être représenté laid et mauvais?
Après tout, Satan est un ange déchu, le plus bel ange de dieu. Les démons nous attirent avec leurs beauté, et leurs belles paroles. Nous faisant aimer la facilité.
Moi, personnellement, les démons m'ont toujours attirée.
Et puis tant pis, je n'ai pas a en avoir honte!
Dieu est-il vraiment le bien? Après tout, il a chassé Satan après l'avoir créer. N'est-ce pas humain de vouloir surpasser son créateur? L'élève doit surpasser le maître pour être la fierté de ce dernier. L'enfant fini par en savoir plus que le parent.
Quel est donc la différence entre les anges et les démons, qui sont eux même des anges déchu?
Après tout, les chemins les plus longs ne sont pas forcément les plus faciles.
Après tout les chemins les plus courts ne sont pas forcément tâché d'embuches.
Le bien, le mal, tout ceci est trop abstrait. Quel est donc la limite entre le bien et le mal.
On peut faire quelque chose de mal pour protéger quelqu'un.
Ou faire quelque chose de bien qui nuira à quelqu'un.
Qu'est-ce qui est mal? Le meurtre est mal.
Mais si on tue pour sauver une autre personne? Cela est-il vraiment mal?
Personne n'a le droit de vie ou de mort sur les autres.
Mentir c'est mal. Et si l'ont ment pour protéger quelqu'un.
La vérité c'est bien aussi. La vérité peut faire mal.
Le monde n'est pas noir, le monde n'est pas blanc, il est souillé d'un gris rougeâtre dégoulinant.
Vous pourrez toujours juger, insulter, dire que je blasphème, que je suis une hérétique, mais c'est ma façon de voir les choses, et je n'ai pas à le cacher.
Enregistrer

Tags : souillé d'un gris rougeâtre dégoulinant - Texte

Toute vie dépérie 15/07/2016

Toute vie dépérie
Toute vie dépérie
                                                                      Même le plus beau des lotus, même la plus belle des roses, finit toujours par mourir. Mais la vie continue, et quoi qu'il arrive, on doit relever la tête, faire notre deuil et laisser une nouvelle fleur apparaitre dans le salon de la maison.
Toute vie dépérie

Tags : Photo des lotus du salon - petits mots - lotus - Fleur fanée - les lotus ressemblent à des dragons *o* - Texte

"Yume no kakera" L'incarnation du mal 28/08/2016

"Yume no kakera"  L'incarnation du mal

Cher enfant, je vais te conter ce soir, une histoire fors étrange...

C'était un matin d'automne, comme un autre. Devant le lycée de la petite ville c'était garée une voiture blanche. Une jeune fille en descendit. La cloche avait déjà retentit depuis plusieurs minutes, laissant la grande coure déserte. Défroissant sa jupe rouge, remontant ses chaussettes grises, la jeune fille au cheveux blanc parce-met de mèches noires se tint prête. Elle traversa la distance qui la séparait de l'établissement et se rendit dans sa nouvelle classe, n'espérant qu'une chose: être acceptée parmi ses nouveaux camarades.

Debout face à la classe, une jeune fille se tenait, et derrière son professeur inscrivant un nom: "Mélodie Yume"
Le silence régnait, et Mélodie du faire sa présentation. Expliquant que ses parents avaient du déménager pour leur travail, ne sachant pas trop quoi expliquer, gênée, elle s'inclina et leur demanda de prendre soin d'elle.
Le professeur demanda alors à la jeune fille de s'assoir à côté d'une certaine "Mei Sakura" et cette dernière leva la main en souriant gentiment à sa nouvelle voisine de table. Ses cheveux étaient blonds pales, et ses yeux d'un vert argenté.

Alors que le cours poursuivait tranquillement, Mélodie sentit posait sur elle une forte tension, elle se retourna et croisa le regard mauvais d'un garçon assit au fond de la salle.
- Qui est-ce? demanda la jeune fille au mèches noires à sa camarade de table.
- Ne fais pas attention à lui, c'est Kuro Akuma. Il n'arrête pas de sécher, en plus il est suspecté de meurtre. Mais même sans venir en cours, il a les meilleurs notes de la classe. Je suis sûre qu'il triche.
Étrangement, le fait de tricher semblait plus la déranger qu'être suspecté de meurtre. Mélodie sourit nerveusement à Mei et se replongea dans son livre, non sans avoir jeter un dernier regard au dénommé Kuro.

Lorsque le cours se termina, un garçon au cheveux châtains se présenta devant notre héroïne.
- Bonjour, je suis Drian le président du conseil des élèves. Je t'ai apporté tes nouveaux livres.
Il posa une dizaine de livres sur son bureau.
- Oh, merci, c'est gentil. Mais je me serais déplacée.
- C'est mon rôle. Et puis, ce n'est pas souvent qu'on a un élève transféré. Tu veux que je t'aide à les porter jusqu'à ton cahier?
- C'est que...
La jeune fille hésita, elle jeta un regard embêté à Mei.
- Va y, lui autorisa sa nouvelle amie, je te ferrai visiter plus tard.
- D'accord.
Mélodie laissa le garçon porter la moitié de ses livres et bientôt une fois que la visite guidé terminé, la nouvelle alla faire un tour à la bibliothèque.
Assit à une table, la jeune fille aux cheveux noir et blanc remarqua le garçon au cheveux de jais, Kuro.
Il était en train de lire une sorte de cahier en cuir noir où d'étranges traits étaient tracés sur une carte de la ville.
- Qu'est-ce que tu regardes? demanda-t-elle en se penchant au dessus de son épaule.
Le garçon referma le livre avant que la jeune fille n'est le temps de voir autre chose que "courant tellurique".
- Rien qui ne te concerne.
- Mais attends, je...
- Écoute, Mélodie c'est ça?
Elle hocha la tête.
- J'ai n'ai aucune envie de faire ami-amie avec toi. Va voir n'importe qui d'autre, mais laisse moi tranquille.
Mélodie fronça les sourcils.
- Ne t'occupe pas de lui, il ne sait pas si prendre avec les filles.
La nouvelle élève se retourna et tomba nez à nez avec un jeune homme au cheveux couleur or et aux yeux d'un orange presque rouge.
Elle ne remarqua pas le regard froid que lança Kuro au nouvel individu.
Dans un sourire légèrement anxieux, le garçon emmena Mélodie un peu plus loin.
- Tu es nouvelle, mon petit papillon? demanda le garçon reprenant son assurance.
- Euuh oui, se méfia-t-elle.
- Tu n'as pas à avoir peur, je ne suis pas comme ce loup mal-léché, moi je sais prendre soit des jolies jeunes filles comme toi.
Lui attrapant les bras, il la fit reculer contre une des nombreuses étagères contenant les livres. Il commença à déboutonner la chemise de Mélodie et posa ses lèvres sur son cou, l'embrassant de plus en plus bas.
- Lâche-moi! lui ordonna-t-elle en essayant de se débattre.
Bien que le garçon soit très mince, il était pourvu d'une force incroyable, qui rendait la jeune fille incapable de se décrocher de son emprise.
- Chut, laisse toi faire.
Le garçon se sentit alors arraché de sa proie.
Mélodie se retrouva dans les bras d'un autre jeune homme.
- Qu'est-ce qui te prend Kuro? J'ai été le premier à mettre la main dessus, celle-là est à moi.
- Qu'est-ce que tu feras si je te dis le contraire?
Le visage du garçon au cheveux blonds se crispa.
- Désormais elle m'appartient, ne t'avise pas d'y poser tes sales doigts.
La jeune fille aux mèches noires étonnée, ne se dégagea pas des bras du garçon.
Le jeune homme aux yeux oranges s'en alla aussi vite que ses jambes pouvait le porter.
- Merci, remercia-t-elle son étrange sauveur un peu gênée.
Kuro lâcha alors Mélodie en lui disant dédaigneusement:
- Tu fais vraiment pitié, ne te laisse pas avoir aussi facilement par des types comme lui.
- Je suis désolée, rougit-elle honteuse.
Le jeune homme lui tourna le dos et quitta la pièce.
Mélodie se dit alors, que ce garçon effrayant n'avait peut être pas un aussi mauvais fond qu'elle l'avait tout d'abord pensé.

La suite de la journée se passa sans encombre et la jeune fille rentra dans son nouveau chez-elle à pied.  En premier lieux, elle devait déballer les cartons de sa chambre. Heureusement, elle ne possédait pas beaucoup d'affaires et cela fut vite fait.
S'endormant la fenêtre ouverte, à cause de la chaleur qui était encore semblable à une chaude nuit d'été. La nuit fut douce et le lendemain matin ne tarda pas.

Prenant vite fait son petit déjeuné que ses parents lui avaient préparé avant de partir pour leur affaire, elle s'empressa d'enfiler ses chaussure et une fois son sac sur le dos, partit pour son lycée.
En chemin, elle croisa Mei qui lui demanda si elle avait réussi à bien s'installer. Entre les deux filles commençait à naître une grande amitié.
Les cours débutèrent par le français et une fois dans la salle, Mélodie s'aperçut que son sauveur n'était pas dans la salle.
- Oh, il sèche encore, affirma son amie. C'est habituel, les profs ne sont même plus surprit, depuis le temps.
- Mais nous sommes en début d'année.
- Cela dure depuis l'année dernière, alors tu sais, plus personne ne s'en inquiète.

Le prochain cours fut du sport.
- Tu n'as pas prit tes affaires? s'inquiéta la professeur.
- Dans mon ancien établissement, on nous les fournissaient, je n'ai pas pensé que cela puise-t-être différent.
- Bon ça ira puisque tu es nouvelle, mais il n'y aura pas de prochaine fois. Tu te sens de faire volley dans ton uniforme?
- Oui, madame.
- Bien, alors commençons les échauffements. Tient tient, Monsieur Akuma, vous nous faites l'honneur de votre présence, aujourd'hui?
Le jeune homme s'était mêlé discrètement aux élèves et personne n'avait remarqué sa présence, hormis la prof, évidement.
Kuro soupira mais ne fit pas de commentaire.
La séance commença et les filles prirent Mélodie dans leur groupe.
- Ne t'inquiète pas, la prof ne met jamais les filles avec les bourrins qui nous servent de camarades de classe, la rassura son amie, à côté, tu vas voir, c'est la guerre.
Effectivement, entre les smatchs et les plongeons pour récupérer le ballon, les équipes de garçons menaient une lutte acharnée.
- Nous on est là pour s'amuser, ajouta une fille du groupe. Pas comme eux.
- Ça tombe bien, car je suis vraiment nulle en sport.
On aurait put croire que tout se déroulerait comme prévu, mais dans un mauvais mouvement, Mélodie tomba au sol. Un mauvais craquement l'alerta.
- Je n'ai rien c'est bon!
Mais en se relevant, sa cheville lâcha et elle s'écroula, retenu par Mei.
- Tu vas bien? demanda-t-elle.
- J'ai juste ma cheville qui me fait mal, je me la suis tordue.
La prof s'écria alors.
- Akuma, emmène Yume à l'infirmerie.
- Pourquoi moi?
- Autant que tu serves quelque chose.
Soupirant de nouveau il s'exécuta.
- Bon, tu te dépêche?
- J'arrive, fit-elle en boitant.
Traversant les couloirs déserts au ralentit, la jeune fille essayait de s'aider des murs. Mais le jeune homme en eut assez et passant sa main sous les genoux de Mélodie, la souleva d'un coup.
- Pose-moi au sol, je peux marcher, s'énerva-t-elle alors que Kuro la portait dans ses bras.
- Mais oui, c'est ça.
Légèrement honteuse, la jeune fille aux cheveux blancs et noirs se laissa faire. De toute façon, c'était plus rapide ainsi.
Arrivé après plusieurs longues minutes à l'infirmerie, le garçon frappa à la porte.
- Pff, elle a du s'absenter,  fit-il en entrant dans la pièce vide.
Il déposa la jeune fille sur un des lits, mais resta au dessus d'elle un instant. Mélodie sentit légèrement étonné, le garçon humer son parfum.
- Tu sens bon, susurra-t-il.
Le sang lui montant aux joue, la jeune fille le repoussa, s'apercevant que la couleur des yeux du garçon était d'un rouge rivalisant avec le rubis.
Kuro eut un sourire un peu embêté, mais s'appuya contre le mur. Un silence pesant s'installa dans la pièce et la jeune fille se mit à fixer nerveusement sa cheville.
L'infirmière revint une quart d'heure plus tard. Elle était grande, blonde et avait tout de la jolie infirmière gentille et attentionné et pourtant:
- Alors ça pour une surprise. J'espère que ce délinquant sauvage ne t'as pas fait de mal, mademoiselle Yume, c'est cela?
- J'ai juste fais une mauvaise chute en sport.
- C'est ce qu'elles disent toute. Aller montre-moi ça.
Elle attrapa d'un geste rapide la cheville de sa patiente et pourtant aucune douleur ne survint. La précision et délicatesse de la femme étaient impressionnant.
- C'est une petite entorse, rien de bien méchant. Dans deux jours tu sera comme neuve.
Elle banda la cheville et la jeune fille repartit accompagné du garçon toujours silencieux. En regardant de plus près, ce dernier ne sembler pas dans son assiette. Son visage était pâle et livide tandis qu'il avait des sueurs froides.
- Est-ce que tout va bien?
Il ne répondit pas, mais quelques secondes après s'appuya contre un des murs. Il prit son visage dans sa main alors que sa respiration devenait de plus en plus forte.
- Tu veux que j'aille chercher l'infirmière, demanda la fille inquiète en avançant vers lui.
- Ne m'approche pas!
La voix roque et forte du garçon la fit sursauter et elle s'arrêta net.
Sans comprendre comment, Mélodie se retrouva plaquer contre la baie-vitrée. Le regard de Kuro se planta dans le siens et la surprise la stupéfia. Les yeux du garçon brillaient d'un puissant rouge hypnotisant.
- Qu'est-ce que tu as? demanda-t-elle complètement paniqué.
Elle voulu se dégager mais le garçon tenait fermement ses poignets l'empêchant de faire le moindre mouvement.
- C'est ton odeur... ronronna-t-il presque pendant que ses ongles devenaient noir et de plus en plus long.
Il posa ses lèvres sur son cou, l'effleurant doucereusement.
- ... elle me rend complètement fou.
Sa langue longea de part en part la carotide de Mélodie.
- Arrête!
Elle avait beau crier, rien à faire. Les dents de Kuro s'effilèrent et ses canines devinrent des crocs. Il mordit alors la jeune fille et ses quatre crocs vinrent s'enfoncer dans sa chair. Mélodie étouffa un cri de douleur et le sang se mit à dégouliner le long de son cou. Le garçon se mit à aspirer le liquide carmin avec délectation.
La nouvelle élève laissa échapper un gémissement. Aucun des deux n'entendit les pas précipités se rapprocher à grande vitesse. 
Kuro se retrouva projeter en arrière par le poing d'un autre jeune homme.  C'était Drian, le président des élèves!
- Qu'est-ce qui te prend de te nourrir en plein jour?! Tu n'as pas honte?!
Les yeux rouges de Kuro arrêtèrent de briller et il s'essuya la bouche de sa main.
"Yume no kakera"  L'incarnation du mal

- Regarde dans quel état tu l'as mit! Tu ne peux pas manger proprement?!
Kuro posa son regard sur la jeune fille tâché de sang et Mélodie put voir les yeux du garçon se remplir d'une certaine tristesse. Mais sans aucun mot, il tourna les talons et s'en alla.
- Il est vraiment pas possible celui là. Je suis désolé Mélodie, viens avec moi, je vais m'occuper de ta plaie.
Elle se laissa conduire dans une salle de cours déserte et il entreprit de nettoyer le cou de la jeune fille aux mèches noires.
- Je suppose que tu es en état de choc, mais pourrait tu me dire en détail ce que tu as vu.
Mélodie cligna des yeux un instant pour reprendre ses esprits.
- Il n'était plus pareil, ses yeux ont commencer à briller, ses ongles se sont changés en griffes noire, et ses dents sont devenu pointus. Mon dieu! Il m'a mordu! Mais qu'est-ce qui s'est passé?!
- Écoute, j'aimerai que ce que tu as vu reste entre nous, s'il te plait.
- Quoi?! Mais comment tu peux me demander ça? Il est complètement taré! Il faut prévenir la police et...
- La police ne comprendrait pas!
Le haussement de ton de sa voix arrêta la jeune fille qui avait déjà attrapé son portable et elle décida de l'écouter en entier.
- Il y a beaucoup de choses dans ce monde qui sont caché aux autres. Beaucoup de créatures sont cachées parmi les humains. Mon rôle de président des élèves revient à m'occuper qu'aucun démon n'agisse comme Kuro Akuma vient de le faire. Je suis vraiment désolé pour toi Mélodie. Je pense que quelque chose à du lui faire perdre le contrôle. Il ne fait pas partit des démons qui agissent sans réfléchir, d'habitude.
Il posa un gros pansement sur la blessure.
- C'est une grosse plaie, il n'y est pas allé de main morte.
- Toi aussi tu es un démon?
- Non, non, rassure-toi, je ne fais pas partit de ces monstres. Je suis un gardien. Je dois maintenir l'ordre dans l'établissement.
La jeune fille baissa les yeux, réfléchit un instant:
- Je ne dirais rien à personne.
- Merci beaucoup, Mélodie. Je ne voudrais pas que tu t'attires des ennuis.
- Par contre, je veux que tu m'expliques un peu tout ce que je ne sais pas.
- Oui, je crois que de toute façon, il va bien falloir.

Mélodie retourna en cour et du expliquer comme lui avait demandé Drian que Kuro n'avait pas voulu revenir en cours. Et comme l'avait prédit le président, le démon ne revint pas en cours de la journée.
Le soir, il ne fut pas difficile de cacher sa plaie, car de toute façon, ses parents ne rentrer généralement que tard dans la nuit pour repartir très tôt le matin. Montant se coucher dans sa chambre après le dîné, sans oublier de prendre une douche pour nettoyer son cou. Elle remettrait un pansement avant de partir, le lendemain. 
La jeune fille fit un horrible cauchemars à cause de la douleur de son cou, et alors qu'elle se réveilla en plein milieu de la nuit, elle surprit Kuro assit sur le rebord de sa fenêtre. Elle poussa un léger cri de surprise.
- Je suis venu pour m'excuser.
Mélodie regarda l'heure sur son réveil.
- T'excuser, à deux heures du matin?
- J'ai pas réussit à dormir. Surtout qu'à cause de moi, tu vas voir des choses horribles.
- Qu'est-ce que tu veux dire?
- Drain ne ta pas expliquer? Tu vas voir tout les démons qui sont invisible aux yeux des mortels. Ça va être horrible pour toi.
- Pourquoi est-ce que tu m'as mordu?
- Je suis désolé, ce n'était jamais arrivé avant. Je ne sais pas ce qui m'a prit.
Il avança et monta sur le lit.
- Ne me touche pas!
- Laisse moi juste soigner ta plaie. Promis, demain tu auras presque plus rien.
- Lâche-moi, cria-t-elle alors qu'il la plaqué contre son oreiller.
Il tourna la tête de la jeune fille et se mit à lécher la plaie. Pétrifier de peur et tremblante, Mélodie ne bougea pas, sentant les mains brulantes du garçon sur sa peau.
Une fois fini, il releva la tête et de sa main caressa la joue rouge de la jeune fille.
- C'est bien ce que je pensais, chuchota-t-il avec à ses yeux rouges un regard étrangement doux. C'est vraiment ton odeur qui m'attire comme ça.
- Je t'ai dis de ne pas me toucher, le poussa-t-elle avec force. Tu n'es qu'un sale pervers!
Elle le vu alors sourire pour la première fois.
- Il faut que tu trouves quelque chose pour camoufler ce parfum. Sinon, je ne vais pas te laisser une seconde de répit...
Et sans qu'elle n'eut put dire quoi que ce soit, le corps du démon se disloqua dans une fumée aussi noire que la nuit. Laissant seule la jeune fille aux cheveux blancs et noirs perdue dans ses pensées.

Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer

Tags : Texte - Dessin - Histoire que j'ai inventé - Chapitre 1: Les fragments de rêve - 2016

"Yume no kakera" Engloutit par les ténèbres 29/08/2016

"Yume no kakera" Engloutit par les ténèbres
La première chose que Mélodie fit en se réveillant fut d'aller vérifier l'état de sa plaie à la salle de bain. Ce que le miroir lui refléta la rendit perplexe: Sur son cou, le trace de crocs avaient à moitié disparu. Elle passa sa main sur la peau et du se faire à l'évidence, elle n'avait plus mal du tout.
Se remémorant les évènements de la veille, elle soupira d'angoisse à l'idée de ce qui allait bien pouvoir lui arriver.
- Des choses horrible, hein? se rappela-t-elle.
Aujourd'hui, elle commençait un peu plus tard,  souhaitant que rien ne change, elle finit de se préparer.

Arrivant en cours, elle fut accueillit par son amie Mei.
- Tu ne devineras jamais qui m'a adressé la parole aujourd'hui.
- Va-y raconte.
- Hebi de troisième année.
- Je vois pas.
- Mais si! C'est l'idole des étudiantes, tout le monde en parle. Il a des cheveux d'ors, je t'assure, toutes les filles sont folles de lui.
- Si c'est bien la même personne à qui je pense, tu devrais éviter de le côtoyer. C'est juste un sale pervers!
- On doit pas parler de la même personne, fit-la jeune fille dans un déni total. Le Hebi que je connais n'est pas du tout pareil. Il est charmant, gentil, et tellement beau...
- J'espère pour toi, mais fait attention d'accord?
- Ne t'inquiète pas, je ne risque rien.
Une minute après la sonnerie, Kuro Akuma rentra dans la salle. Passant à côté de la table des deux jeunes filles, son regard rouge croisa celui de Mélodie qui détourna les yeux troublée.
- Il s'est passé quelque chose entre vous deux?
- Quoi? sursauta la jeune fille aux mèches noires. Mais pas du tout!
- J'aurais pourtant cru. Tu sais que tu peux tout me dire, les amis sont fait pour ça!
- Ahah, je t'assure qu'il n'y a rien entre ce sale obsédé et moi.
- Comment tu sais que c'est un sale obsédé, alors?
Mélodie sentit son sang lui monter au joues.
- Ça serait bien son genre, c'est tout.
- Mais oui, prend-moi pour une idiote.
- Mais non, je...
- Je finirais bien par te tirer les vers du nez, fait moi confiance.

Le cours commença et alors que la nouvelle sortait son cahier, elle fut prit d'un vertige. Son regard se figea sur une tâche de son bureau. Une sorte de buée apparut dans son champs de vision. Elle se frotta les yeux, mais quelque secondes plus tard, la buée réapparut. Un contour invisible se dessina devant elle. Tout devint noir autour d'elle, et pendant une minute, Mélodie ne vit que la tache se renforcer. Sa vision redevint normal, mais devant elle se trouvait une créature aux yeux rouge la fixant de son regard livide.
La jeune fille se leva en poussant un cri. Le petit monstre qui ne devait pas être plus gros que sa main se mit à léviter et à la suivre. Elle donna un coup dans l'air pour essayer de le faire partir, devant ses camarades interloqués.
Voulant éviter l'apparition, elle faillit trébucher en arrière, mais se retrouva soutenu par quelqu'un.
- Mélodie ne se sent pas bien, je l'emmène à l'infirmerie.
Et avant que le professeur ne put s'opposer à Kuro, la jeune fille fut trainé en dehors de la pièce. Il ferma la porte et soutint Mélodie contre le mur.
- Tu as commençais à y voir?
Elle hocha la tête trop perturbée pour pouvoir articuler le moindre mot.
Derrière Kuro se mit à bouger la créature que Mélodie avait vu dans la classe, lévitant au dessus de l'épaule du démon, attirée par la peur de la jeune fille.
Elle se mit de nouveau à crier et le garçon du lui mettre sa main sur la bouche.
- Chut, tu ne veux pas alerter tout le monde?
La nouvelle élève se calma et il soupira de soulagement.
La petite créature ressemblait à un renard fantomatique, elle avait des yeux immenses dont on avait l'impression que les regarder trop longtemps nous ferrait tomber dans un profond gouffre rouge. Elle voleta vers Mélodie qui se recroquevilla, fermant les yeux en attrapant fermement le bras de Kuro désemparé.
De son bras inoccupé, le démon repoussa celui qui terrorisé Mélodie.
- Aller va voir ailleurs.
Le monstre disparu dans un petit cri aigu semblable à un courant d'air.
- Il est partit.
Elle rouvrit les yeux, et s'apercevant qu'elle s'agrippait toujours au garçon, le lâcha rapidement.
- Qu'est-ce que c'était?
- Un coualt. Il se nourrit des mauvais sentiments humain. Comme la peur, ou l'angoisse. Ils ne sont pas vraiment dangereux du moins si tu les laisses tranquille.
- Comment ce fait-il qu'il t'ai obéi?
- Ça doit être un des avantages à être un démon supérieur.
- Je ne comprend pas. C'est pour ça que tu ressembles à un humain?
- C'est plus compliquer que ça. Mais laisse tomber, Drian t'expliquera ça mieux que moi.
- Pourtant c'est toi le démon.
Il eut un léger sourire et lui montra le mur en face.
- Là bas, à côté de la fenêtre, il y a une vieille femme, est-ce que tu la vois?
- Non.
Il se mit derrière elle lui attrapa les épaules pour l'incliner dans la bonne direction.
- Concentre-toi. Relâche tes yeux, ne cherche pas à regarder, vois tout simplement.
La jeune fille sentit la chaleur du démon se répandre contre elle.
Elle ferma les yeux un instant puis les rouvrit bien plus détendu. La silhouette se dessina. La première chose qu'elle remarqua fut le bruit. Le bruit que faisait la créature en rampant sur le sol, grinçant, frottant.
- Elle est effrayante, affirma-t-elle en se rapprochant de Kuro pour se rassurer.
- Mais aussi aveugle et sourde. Elle se dirige avec son odorat et en léchant le sol.
- C'est dégoutant.
- Ce sont des démons mineurs, ils ne possèdent pas la même intelligence que nous. Si tu fais semblant de ne pas les voir, tu ne devrais pas avoir de problème.
- Dis le démon qui m'a mordu, fit-elle avec sarcasme. Je suis sûre que tu es aussi horrible qu'eux.
- Alors qu'est-ce que tu fais dans mes bras?
La jeune fille sursauta et repoussa violemment Kuro.
- Je t'interdis d'en profiter.
Les joues rouges de la jeune fille le fit sourire.
- Comme si j'en avait envie.
- Cela ne m'étonnerai pas d'un sale pervers comme toi.
- J'ai un cadeau pour toi.
Elle le regarda avec méfiance, mais il sortit un collier de sa poche. C'était une petite chaine d'argent blanc retenant un grelot noir.
- Il empêchera les démons, mineurs et majeurs de te toucher avec de mauvaises intensions.
Il s'approcha, releva les cheveux blancs et noirs et lui accrocha au cou.
- Toi aussi, tu ne pourras plus me faire de mal? demanda-t-elle inquiète.
- Disons, que cela me rappellera où est ma place. Ce talisman ne marche que sur les plus faible d'entre nous. Je pourrais toujours te toucher de mon plein grès.
Le démon joignit le geste à la parole et caressa sa joue.
Elle donna un petit coup à sa main pour la repousser.
- Cela me rassure un peu plus, mais ce n'est quand même pas assez fort. Et si d'autre comme toi essaye de me faire du mal?
- Les démons supérieurs sont plutôt rare à vivre sur terre.
- Alors qu'est-ce que tu fais là?
- Tu aimerais bien savoir, hein?
Elle détourna le regard dans un dédaigneux:
- Non pas vraiment. La vie d'un obsédé comme toi ne m'intéresse pas.
- Tu sais, même avec la tonne de parfum que tu as mit pour essayer de camoufler ton odeur, elle est toujours aussi enivrante.
Mélodie recula de quelques pas, et la fin de l'heure fut annoncé par la sonnerie.
C'est en lui lançant un dernier sourire sadique qu'il retourna dans la salle de cours. 
Mei se jeta alors sur son amie.
- Qu'est-ce que tu avais? Tu vas mieux.
- Rien de bien grave, un peu de fièvre qui m'a fait un peu... halluciner?
- C'est drôle que ce soit Akuma qui t'ai emmener à l'infirmerie. Après tout, vous ne vous êtes jamais vraiment parlés, non?
Le regard remplie de malice de la blonde lui fit comprendre à quoi pensait cette dernière.
- Je l'ai simplement énervé à faire beaucoup de bruits, voilà tout.
- Oui, oui, je te crois. Je découvrirai la vérité, je te le promet, fit-elle en retournant dans la classe chercher son sac.
Mélodie soupira en souriant devant l'entêtement de son amie. Puis son regard se posa sur son collier et elle fit bouger le grelot avec son indexe. Aucun son ne survint. Elle fronça un peu ses sourcils blanc. Un mouvement attira son ½il et elle vit la vieille femme partir en courant comme un lézard se brulant les pattes. Elle fut ensuite appelé par Mei à l'intérieur.
En rentrant dans la classe, elle s'aperçut alors du nombre impressionnant de coualt qui tournaient au tour des gens. Les suivants même en dehors de la classe. Faisant semblant de ne rien remarquer, elle rejoignit son amie.
- Et si on allait manger dans l'herbe à côté du grand arbre dans la cour. Personne n'y va jamais.
- Oui, c'est une bonne idée, j'ai pensé à prendre mon panier repas.
- Tu me passeras un peu du tien pour goûter?
- Oh, tu sais, mes parents n'ont pas trop le temps de cuisiner avec leur nouveau travail. Il est totalement industriel.
- Dans ce cas, c'est moi qui te passerai un peu du mien.
Elles rigolèrent et la nouvelle élève après avoir enfiler son manteau s'aperçut qu'une sorte d'oiseau avec des sabots à la place des sers lui fonçait dessus. Elle lévita d'un mouvement de la tête et le monstre travers la fenêtre fermé derrière elle.
- Qu'est-ce qu'il y a? demanda Mei en regardant son amie qui agissait bizarrement.
- Oh rien, un bourdon qui m'a foncé dessus, inventa-t-elle vite fait.
En sortant de la pièce, les deux filles se retrouvèrent bloqué par le président des élèves.
- Il faut que je te parle.
Derrière Drian, se trouvait Kuro qui attendait appuyé contre le mur.
Mélodie regarda Mei et lui dit qu'elle la rejoindrait en bas.
Elle suivit ensuite les deux garçons sur le toit.
- Kuro Akuma m'a dit que tu étais déjà en train de voir les démons.
Elle hocha la tête.
- D'habitude cela prend plusieurs semaines avant de se manifester.
Il se tourna vers le démon.
- Je suis sûr que c'est de ta faute!
Kuro leva les épaules pour montrer qu'il n'en savait rien.
- Ah oui, c'est vrai que c'est la première fois, déclara le président, que tu laisses une de tes proies en vie.
Mélodie sursauta devant la révélation et alors que son pouls accélérait, elle se souvint que Mei lui en avait déjà parlé, et pourtant, elle ne s'était même pas demandée si c'était vrai.
Kuro vit la réaction effrayé de la jeune fille et eut un faux sourire.
- Qu'est-ce que j'y peux, c'est dans ma nature. Après tout, je suis un démon.
Ayant aucune envie d'affronter les reproches des deux humains, il s'en alla.
Mélodie un peu perplexe, ne sut pas trop quoi dire.
- Ce type est vraiment un monstre, ne t'approche plus de lui Mélodie.
La jeune fille aux mèches noires, prit d'un doute hésita. Était-il si mauvais que ça? Il l'avait pourtant aidé aujourd'hui. Mais bon, après tout, c'était ça faute ce qui lui arrivait!
- Explique-moi tout ce que les humains ne savent pas.
- D'accord, fit-il en se grattant la tête, je vais essayer. Retrouvons-nous cet après-midi après ton cours de sport.
- Bien, rendez-vous devant le terrain.
La jeune fille se hâta de rejoindre son amie qui l'attendait pour manger.
Lorsque les cours reprirent, Kuro Akuma ne revint pas en cours. Mélodie se dit, qu'il avait peut être été plus affecté par sa réaction qu'il ne l'avait tout d'abord montré. Elle ne devait pourtant pas être prise de pitié pour cet assassin!
Le cours de sport se termina et Mélodie se retrouva la dernière à se changer.
- Tient, tient, ne serait-ce pas mon petit-papillon de la bibliothèque?
La jeune fille se retourna en comprenant que son agresseur d'il y a quelque jours était rentré dans la pièce.
"Yume no kakera" Engloutit par les ténèbres
- Qu'est-ce que tu fais dans les vestiaires des filles?

- Je cherchais Mei. Tu ne l'aurais pas vu?
- Je t'interdis de t'approcher d'elle.
- Ce n'est pas très gentil. Après tout, ton amie est folle de moi. Pourquoi ne lui montrerais-je pas un peu d'intérêt.
- Je ne vois pas ce qu'elle peut trouver à un minable comme toi!
- Mon charme est irrésistible.
- Ne t'approche plus d'elle, je ne veux pas que tu la face souffrir, c'est une gentille fille.
- Jusque où serais-tu prête à aller pour elle?
- Qu'est-ce que tu veux dire?
La jeune fille commença à sentir le serpent resserrer sa prise.
- Je veux bien laisser cette gentille petite tranquille, mais en contre-partie, tu vas devoir prendre sa place.
Il s'approcha d'elle et tendit la main vers sa poitrine. Mélodie ferma les yeux de peur et se protégea de ses mains , mais son collier se mit à battre frappé par des vents inexistants et un tintement mystique retentit!
Hebi se tordit de douleur en se tenant le crâne, ses yeux se mirent à briller maladivement et que ses deux canines supérieures devinrent aussi acérées que celle du serpent qu'il était.
- Tu es un démon!
Le démon serpent se releva et se mit à rire d'un enjouement malsain.
- Je vois que ce sale loup à prit ses précautions. Qu'est-ce qu'il t'as fait au juste.
- Tu parles de Kuro?
- Qui d'autre aurait put monter un plan si insalubre?
- Je ne comprend pas.
- Il a fait de toi son animal domestique. Tu n'es pas un papillon, mais un gentil petit chaton à qui il a mit un grelot.
- C'est pour me protéger!
- C'est pour qu'il soit le seul à pouvoir planter ses crocs dans ton cou! Il est très possessif quand il y a de nourriture en jeu. Et bientôt lorsqu'il posera ses doigts sur toi, cela te paraitra tellement naturel que tu ne réagiras plus.
- Tu racontes n'importe quoi!
- Tout les démons supérieurs sont comme ça, voyons! Tout le monde sait qu'ils se sentent si seul que lorsqu'ils trouvent une fille intéressante, ils s'en amusent jusqu'à la détruire complètement. Et toi, tu es en train de devenir son jouet. La preuve, il te fait porter sa marque.
- Hebi! Que fais-tu dans le vestiaire des filles?
La voix du président les firent tout les deux se retourner.
- Je pourrais te poser la même question, mon cher gardien, fit-il d'une voix particulièrement mielleuse. 
- Ne me parle pas sur ce ton, tu me dégoutes. Tu n'as rien Mélodie. Ne te voyant pas arriver, je me suis dit que quelque chose s'était passé.
Elle hocha la tête.
- Toi, sors de là, ordonna-t-il en reportant son attention sur le démon.
- Bien, bien, comme tu voudras.
Il sortit d'un pas langoureux.
- Où as-tu eut ça?
Drian attrapa le grelot avec sa main.
- C'est pour repousser les démons faibles, c'est Kuro qui me l'a donner.
- Enlève-le.
- Hors de question! C'est grâce à ça qu'Hebi ne s'en est pas prit à moi.
- C'est mon rôle de gardien de te protéger.
- Et quand tu es pas là, je fais comment.
- N'accepte plus aucun cadeau de la part de démon.
Elle hocha la tête mais ne retira pas pour autant le collier.

Les deux s'assirent dans l'herbe et le président des élèves se mit à expliquer ce qu'il savait.
- Il y a dix ans, j'ai été attaqué par un démon. Il a tué ma famille et m'a laissé pour mort, le cou déchiqueté. C'était une femme, elle semblait pourtant si belle; c'était une amie de ma grande s½ur. Mais c'est au moment où on l'invita à la maison qu'elle nous décima. Elle avait bien joué son rôle, tout le monde lui faisait confiance. Lorsque la police est arrivé sur les lieux, alerté par le voisinage, ils ont déclaré qu'un chien errant avait du entrer dans la maison. C'est à ce moment là que j'ai subit l"éveil". Deux semaines plus tard, je me suis mit à voir les démons. Les médecins ont dit que c'était un traumatisme du à "l'accident".  
Un homme est alors venu à ma rencontre. Il dirigeait un institut pour former des jeunes à devenir des gardiens. C'est là-bas que j'ai réussit à maitriser mon pouvoir et lorsque j'ai obtenu mon diplôme, on m'a envoyé ici.
- Je suis vraiment désolée pour tes parents.
- C'était dur, mais maintenant au moins, je connais la raison à mon existence: Empêcher ce qui est arrivé à ma famille de se reproduire.
- Comment se fait-il que les humains soient incapable de voir les démons, avant d'avoir été blessés par l'un d'eux?
- Normalement, les démons vivent dans un second plan de l'existence, parallèle au notre. Mais depuis une centaine d'année, les deux plans se sont assembler. Personne ne sait ce qui a put se produire pour le provoquer, mais les faits sont là. Les humains qui vivent dans le plan normal ne peuvent avoir de contact avec les démons. Mais les démons s'étant introduit dans ce monde, peuvent avoir des contacts avec nous. C'est donc en nous touchant qu'ils créent l'éveil.
- Pourtant, certains élèves de notre lycée sont des démons, et tout le monde peux les voir.
- C'est parce que ce ne sont pas des démons mineurs, mais des démons majeurs. Ils sont bien plus puissant et prennent l'apparence d'humain pour mieux attaquer leur proie, comme le démon qui à massacré ma famille.
- Kuro m'a dit qu'il est un démon supérieur. Qu'est-ce que ça signifie?
- Les démons supérieurs ne sont pas nombreux, ils viennent de vieilles lignées datant de plusieurs millénaires. Je n'en sais pas plus sur eux.
- Tu dis que tu as un pouvoir, comment ça se fait.
- C'est un pouvoir que j'ai eut par la force de la volonté. Je voulais être assez fort pour combattre les démons, et c'est ce que j'ai obtenu. Pas beaucoup de personne y arrive.
Il serra le poing, et une aura rouge se dessina autour, tourbillonnant pour s'éteindre.
- Tu as vu?
- Oui.
- C'est vraiment étrange que ton éveil se soit fait en moins d'une journée. Je suppose que c'est encore une des choses remissent en question par les démons supérieurs.
- Personne n'est au courant dans l'école pour les démons?
- Seuls les démons eux mêmes et les gens aillant subit l'éveil. Tu es le premier cas depuis que je suis ici. C'est de ma faute, je n'ai pas été assez vigilent. D'habitude les démons voulant se nourrir adopte une aptitude différente. Mais c'est toujours le même problème. Il est difficile de savoir à quoi pense un démon supérieur. C'est pour ça que je ne veux pas que tu t'approches de Kuro Akuma. Si je n'étais pas intervenu lorsqu'il ta mordu, il t'aurait certainement tué.
Mélodie baissa les yeux.
- Comment suis-je sensé me comporter avec les démons. Est-ce que je dois faire semblant de ne pas les voir. Où les éviter dans les couloirs?
- Les deux seraient bien. Car maintenant, tu fais partit du même plan astral qu'eux. Donc il serait facile de rentrer dans l'un d'eux par inadvertance.
- Je vais avoir un peu de mal avec tout ça.
- Si tu as besoin de quelque chose, n'importe quoi, je serais là pour t'aider. Échangeons nos numéros de portable. Tu peux m'appeler à n'importe qu'elle heure.
Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer

Tags : Texte - Dessin - Chapitre 2: Les fragments de rêve - 2016